Billet d'Eduardo González Castillo - L'intervention communautaire en criminologie: Étude d'un cas lavallois

Chaque mois, le blogue du Département de criminologie propose des billets rédigés par nos collègues et présentant leurs recherches ou leurs perspectives sur des enjeux d’actualité. Dans ce billet, Eduardo González Castillo décrit le projet de recherche “Service aux jeunes” (SAJ) auquel il participe.

L’intervention communautaire en criminologie : "Étude d’un cas lavallois

Par Eduardo González Castillo (Professeur adjoint)

Au cours de dernières décennies, l’intervention communautaire en criminologie a été marquée d’une manière importante par le développement de modèles d’intervention qui misent sur la collaboration entre différents types d’acteurs locaux à l’heure de prendre en charge les individus en difficulté avec la loi. Pour les promoteurs de ce type d’approches, la collaboration est un aspect central, car elle semble assurer la présence d’outils autres que ceux de l’appareil policier dans le travail de prise en charge des populations ciblées.

Des défis particuliers se présentent à l’heure d’appliquer ce type de modèles : comment assurer la participation d’acteurs possédant différents types d’intérêts et d’expertises ? Quelle place accorder aux membres des groupes ciblées dans cette logique de collaboration ? Comment peut-on assurer la pérennisation de la collaboration dans un contexte où les organismes communautaires doivent souvent investir d’importantes énergies dans l’obtention de ressources financières ?

C’est à ce type de questions qu’une équipe de chercheurs de différentes universités essaie de répondre dans le cadre d’une recherche participative concernant un projet d’intervention jeunesse de la ville de Laval. Il s’agit du projet SAJ (Service aux jeunes), qui, s’appuyant sur le modèle du Gangs reduction program, s’intéresse aux jeunes en difficulté avec la loi. La recherche réalisée se rapproche de sa fin et l’équipe responsable présentera bientôt les conclusions de ses travaux dans le cadre d’un symposium qui aura lieu dans la ville étudiée. Nous vous tiendrons au courant des suites et des résultats dans ce blogue.

L’équipe de recherche, qui compte sur la précieuse collaboration des étudiantes Émilie Marineau (Université du Québec à Montréal), Aissata Ouedraogo (École nationale d’administration publique-Montréal) et Émilie de Luca (Université d’Ottawa), est composée d’Elisabeth Greissler (Université de Montréal), Isabelle Morissette (Université du Québec à Montréal) Naïma Bentayeb (McGill University) et Eduardo González Castillo, professeur du Département.