Projet en vedette : Culture populaire, média et technologie / Featured project : Popular culture, media and technology

Les dates limites pour postuler aux programmes de doctorat (10 janvier) et de maîtrise (15 janvier) offerts par le département de criminologie à l'Université d'Ottawa approchent rapidement. Dans le mois suivant, vous trouverez quelques-uns des nombreux exemples de projet de recherche conduits par les professeurs dans chacun de nos dix champs de recherche. L'édition d'aujourd'hui expose le projet de Sylvie Frigon dans le champ de recherche «Culture populaire, média et technologie».

The application deadlines for the doctoral (January 10) and master’s programs (January 15) offered by the Department of Criminology at the University of Ottawa are rapidly approaching.  Over the next month you will find a few of the many examples of research projects being led by professors in each of our ten research fields. Today’s edition showcases a project by Sylvie Frigon within the research field of “Popular culture, Media and Technology”. 

1483732620700.jpg

Culture populaire, média et technologie / Popular Culture, Media and Technology

  • Et si la danse pouvait aider… Partage d’expériences et de projets (Sylvie Frigon)

L’idée de ce livre est apparue suite à la tenue de la conférence « Danser à travers le monde pour la justice sociale » à l’initiative de Sylvie Frigon, titulaire de la chaire conjointe en études des femmes de l’Université de Carleton et d’Ottawa en novembre 2014. Cette conférence offrait un lieu d’échange sur « les pratiques stimulantes de danse dans divers contextes au sein desquels la justice sociale est une question urgente. » (Frigon, 2014). Forts des beaux échanges et des partages d’expériences durant cette journée, l’ensemble des conférenciers a jugé pertinent la publication d’un livre. Étant donné la présence de deux langues (français et anglais) lors de la rédaction des chapitres, la maison d’édition et nous-mêmes avons choisi de scinder les textes en deux ouvrages qui se complètent; l’un en français et l’autre en anglais. Dans ces deux livres nous retrouvons, en filigrane, à travers diverses expériences, les questions de la danse et de la justice sociale mais aussi du corps et du bien-être. Les projets présentés ici touchent à ces domaines et montrent combien la danse s’invite sur le devant de la scène pour répondre à des problématiques complexes comme la victimisation, la délinquance, la santé mentale et physique, l’enfermement. La danse offre un cadre, un univers, un espace, un temps pour regarder, observer, étudier et comprendre l’humanité. La danse dévoile un corps humain en action avec toute sa force, ses faiblesses, sa beauté, ses faces cachées, sa précision, sa sensibilité, ses émotions, ses réactions. À travers cet art, l’être humain se révèle. Les expériences partagées dans ce livre montrent tout l’intérêt de l’utilisation de la danse dans les différentes sphères de la société. La danse dévoile sa pertinence dans des domaines aussi variés que la santé et l’éducation, la privation de liberté et la création, le mieux-être physique et psychique.