Sandra Lehalle publie un article dans la revue Déviance et Société

La professeure Sandra Lehalle vient de publier un nouvel article intitulé «L’économie morale de l’enfermement au Canada»  dans la revue Déviance et Société. Dans cet article, elle réfléchit sur l'état actuel du « modèle canadien » marqué par une intensification du recours à la privation de liberté.

Résumé

Français

Cet article propose une réflexion sur l’état actuel du « modèle canadien » marqué par une intensification du recours à la privation de liberté. L’enfermement y est analysé comme une violence lente et invisible (Nixon, 2011) qui semble engendrer une indifférence morale et un processus de déshumanisation tels que conçus par Bauman (2002). En mobilisant les concepts d’univers d’obligation morale (Fein, 1979) et d’économie morale (Fassin, 2009), l’auteure soutient que les politiques et les pratiques de privation de liberté opèrent une mise à l’écart et une différenciation de certains individus qui n’est pas uniquement spatiale et sociale, mais également morale. L’exaltation de sentiments moraux et d’émotions est ainsi envisagée comme au cœur de la construction sociale de l’enfermement, aussi bien au niveau des normes qui encadrent sa pratique que dans les valeurs au nom desquelles la société prive certains individus de leur liberté.

English

The moral economy of imprisonment in Canada

This article reflects on the ’Canadian model’ of detention after almost a decade of increased reliance on policies depriving individuals of their liberty. The author analyses detention as a form of slow and invisible violence (Nixon, 2011) that seems to generate moral indifference and a dehumanisation process (Bauman, 2002). Drawing from concepts such as Fein’s (1979) universe of moral obligation and Fassin’s (2009) moral economy, it is suggested that the implementation of policies and practices that deprive certain individuals of their liberties lead to their social, geographical and most importantly moral differentiation and exclusion. It is contended that the exalting of moral sentiments and emotions lies at the core of the social construction of detention as seen through the norms regulating its practice and the values in whose name society deprives certain individuals of their freedom.